retour
haut de
page

Grèce

thématique

conférence rappée
avec Adam l’Ancien

Initié par le groupe Active Member dans les années 90, le mouvement Low Bap, à l’origine du hip hop grec, porte des paroles farouchement politisées et prône l’idéal d’une Grèce indépendante, métissée et fière de ses racines. Un rap investi par une véritable empreinte sociale et une volonté de faire bouger les lignes. A travers la découverte de ce mouvement singulier, Adam l’Ancien, rappeur nantais d’origine grecque, défenseur d’un hip hop acoustique, polyglotte et éveillé, vous emmène à la découverte de l’histoire du rap à Athènes.



Nefeles

Le groupe Nefeles est une histoire de famille, la famille franco-grecque Vlachos. Leur très vaste répertoire porte la tradition des musiques populaires grecques, celle des tavernes et des quartiers, celle des ports et des îles, et le rebetiko empreint de nostalgie ou d’exil. Sublimant les mélodies du violon, de l’oud et du bouzouki, la voix de la jeune chanteuse Mélina nous transporte par ses mélismes enchanteurs.

 



Ne vivons plus
comme des esclaves

Ce documentaire « coup de poing » fait état de l’indignation du peuple grec suite aux mesures d’austérité imposées par l’Europe à partir de 2010.
De la place Syndagma au quartier populaire d’Exarcheia, on y voit des milliers de personnes subjuguées par la violence de la crise, la paupérisation de la société, la montée de cette lame de fond de misère.
Devant cette brutalité et la montée de l’extrême droite et du mouvement Aube dorée, une solidarité de lutte et de vie s’installe, pour rêver à un autre monde.
Le film, rempli de vie, montre les contrastes d’Athènes, la résistance qui s’écrit sur les murs, le street art qui donne des couleurs à la ville.

 

Rencontre avec Yannis Youlountas à l’issue de la projection



Imam Baildi
+ Larry Gus

Collectif métissé et ardent, véritable phénomène en Grèce, Imam Baildi plonge les musiques traditionnelles helléniques dans un bain de jouvence et leur adjoint des sonorités rock, électroniques et hip hop. Le bouzouki rencontre les machines, les cuivres dialoguent avec les samples et la voix rappée du MC Yinka répond à celle de la chanteuse Rena Morfi. Après avoir enflammé des festivals réputés comme le Sziget, les Transmusicales ou Babel Med, la joyeuse troupe viendra clore en beauté cette troisième édition de Metropolis.

Cousin grec de Panda Bear ou de Dan Deacon, Larry Gus construit depuis quelques années un univers pop et électronique luxuriant et lunaire. Bidouilleur de l’extrême toujours accompagné de ses machines, ce musicien touche-à-tout développe un style empreint d’excentricité et de légèreté, bien dans son temps et dans son époque.



Rebetien

Rebetien est un jeune groupe de quatre musiciens dont le répertoire puise principalement dans le rebetiko, cette musique populaire et rebelle apparue dans les années 20 du côté du port du Pirée.
Une musique synonyme de bas-fonds et de décadence, abordant la prostitution, les volutes de hashish, la satire politique, la mauvaise vie, mais aussi l’amour et la douleur de la séparation.
Rebetien choisit de mettre l’accent sur le côté naturel et acoustique des instruments : accordéon et chant, guitare et basse, bouzouki et violon, dont la combinaison évoque les groupes de Smyrne de l’entre-deux guerres, empruntant aussi bien à l’héritage musical d’Istanbul qu’aux îles grecques.

 

En partenariat avec la Maison des Cultures du Monde, Centre Français du Patrimoine Immatériel



Maria Simoglou

Voix fabuleuse de la chanson grecque, née à Thessalonique, Maria Simoglou chante le rebetiko de Smyrne (aujourd’hui Izmir, Turquie), ville qui brassa les cultures juive, ottomane et arménienne. De port en port, de rives en rives, Maria Simoglou refait le voyage de ces réfugiés grecs expulsés avant la cession de l’Anatolie à la Turquie en 1923, et de ces artistes pétris de sonorités traditionnelles ottomanes.
Les arrangements sont modernes, mais préservent l’épure instrumentale et les mélodies puissamment enivrantes et évocatrices de ce blues oriental.