Retour
haut de
page

blues touareg

thématique

Les Filles de Illighadad

Trois jeunes femmes originaires du Sahara nigérien mêlant leurs voix à des percussions et une guitare, Les Filles de Illighadad sont la dernière grande révélation de la musique touarègue. Leurs chansons âpres et entêtantes prennent sur scène une dimension particulière. 

Illighadad est un village au cœur du massif de l’Aïr. Avant d’y enregistrer un premier disque sublime, publié de façon confidentielle en 2016 par le label américain Sahel Sounds, Fatou Seidi Gali et ses cousines chantaient pour elles-mêmes, dans la brousse où elles avaient l’habitude de faire brouter le bétail. Repéré et distingué par plusieurs magazines, l’album Les Filles de Illighadad est porté par un bouche-à-oreille enthousiaste, qui conduit les chanteuses sur les scènes du monde entier. Leurs morceaux jouent sur l’épure et la douceur d’un dialogue entre voix et guitare acoustique. Fatou Seidi Gali est l’une des seules femmes guitaristes de musique touarègue et elle passe à l’électricité sur Eghass Malan, deuxième album marqué par les percussions et le chant propre au tendé, genre festif joué lors de diverses célébrations touarègues, que le groupe Tinariwen a popularisé en l’adaptant à la guitare. Un blues féminin, mélodieux, lancinant et poétique.